Que pouvez-vous emprunter à la banque, et pour combien ?

0

Une des questions les plus posées lors des demandes d’emprunt est : « Combien puis-je emprunter ? ». Bien sûr, cela va dépendre de plusieurs choses, et en particulier de votre situation financière. Mais si vous désirez calculer, c’est assez facile. On vous explique tout : 

Avant de calculer le montant que vous pouvez emprunter, la première chose que vous devez faire est d’avoir une vue d’ensemble sur tout ce qui concerne vos rentrées d’argent et vos dépenses. De cette manière, vous savez quel est votre budget.

La règle des 1/3

Les banques ne décident pas du montant total que vous empruntez, mais elles peuvent mettre en place quelques règles. La première, est la règle des 1/3. Elle prend en compte qu’un tiers de vos rentrées d’argent nettes peut être dédié à votre emprunt. Mais beaucoup d’institutions sont plus souples et optent pour les 40 pourcents.

Un exemple : vous et votre partenaire gagnez chacun 1.500 euros par mois, ce qui vous fait 3.000 euros à vous deux. Avec cette règle des 1/3, vous devriez pouvoir dépenser 1.000 euros par mois pour votre emprunt. Avec cette règle des 40 pourcents, cette somme s’élève déjà à 1.200 euros.

La règle de la capacité de remboursement

C’est sans doute la règle la plus connue pour beaucoup de banques. Ici, on fait a différence entre vos rentrées d’argent mensuelles et vos dépenses mensuelles. Par rentrées d’argent, vous pouvez compter : votre salaire, vos revenus supplémentaires et vos revenus locatifs. Par dépenses, vous pouvez compter vos paiements en cours, comme par exemple la location de votre habitation. Le résultat de cette formule vous montrera alors combien vous pouvez dépenser pour votre emprunt.

N’oubliez pas les coûts

Emprunter est souvent associé à des frais supplémentaires. Tenez-en donc compte. Pour un emprunt personnel, il y a principalement le pourcentage des coûts annuels (TAEG). C’est un pourcentage qui démontre à combien s’élèvent vos coûts supplémentaires. Pour un compte hypothécaire, il y a encore plus de frais supplémentaires qui viennent s’ajouter, comme les droits d’enregistrement, les frais de notaire, et les frais juridiques.

Enfin, vous pouvez également jeter un œil aux différentes simulations que les banques offrent. C’est très facile. Mais c’est, bien sûr, dans les grandes lignes. Vous préférez un contact plus détaillé ? Il vous suffit d’aller faire un petit tour des banques et de comparer ensuite pour pouvoir faire votre choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.